Mon histoire avec la sculpture

1ère rencontre

IMG_8305J’ai ressenti une vague d’émotion avec mon premier morceau de glaise à l’âge de 9 ans, en colonie de vacances au bout des doigts un renard, une femme portant un bébé… figurines de terre non cuites qui devaient s’auto-détruire quelques années plus tard puis plus rien..

C’est en 1992 à l’âge de 32 ans

que je retrouve le lien, le contact avec la terre.. le grès.. la création … le lien je le dois à une femme avec laquelle je devais sceller des liens ininterrompus… et puis..
Cours de sculpture avec nus vivants à Louvres dans une modeste Maison de jeunes en région parisienne, 21h à 23h avec un professeur très doué travaillant à l’école du Louvres . Il m’apprend à saisir le mouvement, la silhouette en 15 mn.Chrono ! un grand monsieur !
Quel bonheur ! nuits passions.. interminables… passées à terminer ces statuettes dans la cuisine de mon appartement de banlieue !!! ces retrouvailles avec la sculpture et la terre étaient si intenses que je croyais que cette fois-ci c’était la bonne… mais…. seulement jusqu’en 1996 !!

La vie m’a de nouveau séparé de ma passion

comme je me séparais dans ma vie… un grand vide : 15 ans sans la toucher sans la sentir … sans projets de créations.. le souffle et l’impulsion tout cela anéanti.. le chemin de ma vie qui ne lui laissait plus la place ! !! dommage !

Au travail !Et le chemin prend le tournant de la Suisse

2003 du bonheur de vivre , de revivre avec le compagnon puis mari qui me donne la force de repartir dans la direction de ma passion.

En 2009

je prends contact sur le bout des pieds avec une femme : potière accomplie, maitrisant l’émaillage, la cuisson, la technique.. créatrice sous maints aspects ! son atelier me séduit, sa gentillesse me porte et je recommence doucement… les nus certes non, mais des vases, des plats , des chats.. bref je n’ose pas y aller… surtout ne pas replonger dans mes premières amours : la sculpture .. puisque c’est ainsi que l’on nomme ces statuettes, ces bustes..
J’ai timidement repris les rennes du modelage des corps en commençant avec des personnages BD, figurines rigolotes plantées dans un décor de neige…

Voilà cette fois c’est parti !

je le sais.. je peux presque tout réaliser c’est du délire..
D’après photos, d’après mes dessins… les gens, les bouddhas, les samouraïs, les animaux , les objets.. tout tout, je veux tout essayer et rattraper le précieux temps perdu… à chercher le chemin !

Brigitte

Et puis il y a la rencontre fortuite à l’atelier de poterie : la jolie Carole : amoureuse de sculpture, talentueuse dans ses créations, elle vient quand elle veut travailler et inonder de sa joyeuse présence et de son rire tonitruant mon atelier planté au beau milieu de la campagne du Gros de Vaud ! à deux c’est encore mieux : tout fuse : les idées, les moyens, les conseils, les critiques qui permettent d’avancer … les pauses thé p’tits gâteaux pour repartir de plus belle.. et les chiens qui nous surveillent !!! les chats qui se couchent sur la table pleine de terre et repartent dépités de ne pas plus attirer l’attention…

Depuis , mes 53 ans m’ont valu un cadeau de Reine de la part de mon Roy de mari !! : Un four gigantesque, pouvant accueillir mes gigantesques envies ! ces envies qui me donnent une gigantesque force !! cette fois la terre ne s’effritera plus, elle résistera au temps c’est sûr !
la céramique à 1260 degrés il faut vraiment la laisser tomber pour qu’elle se brise …
Je ne laisserai pas tomber ! à 9 ans déjà je le pressentais !!!

Ma façon de travailler...Ma façon de travailler

Parfois mon inspiration me vient d’images entrevues sur des affiches, des magasines, des films, … je les reproduis d’abord en les dessinant.
La plupart du temps, je tire mes créations de mon imagination. J’invente une silhouette en mouvement… je la reproduis mentalement, la nuit, et je commence dans mon for intérieur à la fabriquer, à penser à la technique de montage.
Au petit matin je prends le temps de la coucher sur le papier.. Et ce n’est parfois que plusieurs semaines après, voir plusieurs mois après (car il faut que le projet murisse), que je crée la statue effectivement.

Voici quelques exemples d’esquisses de dessins et leurs correspondances en statues.